Critique de STAR WARS 8 (garantie « spoil-free »)

Star Wars épisode VIII : Les Derniers Jedi, de Rian Johnson

Avis global est assez mitigé pour ma part, ce film parvenant en 2h30 à condenser des éléments que j’adore et d’autres qui me laissent vraiment perplexes. Voici donc un rapide inventaire à la Prévert :

+-> Dialogues tantôt géniaux (grandes phrases qui poussent vraiment à la réflexion) tantôt simplistes (à croire que nos protagonistes parviennent à devenir bêta en un claquement de doigt)

+-> Un scénario global construit comme un contre-la-montre : c’est original mais ça ne fonctionne pas toujours dans un film qui dure quand même 2h30 (ça ne veut pas dire que je me suis emmerdé pour autant, ça veut juste dire qu’on peut difficilement étirer un « moment de tension » sur toute la durée d’un film : il y a forcément des moments où la « tension » diminue). Au passage, je précise que je parle bien du côté « contre-la-contre » qui est original, et non pas de l’histoire en elle-même. Car si vous êtes de ceux qui conspuent SW7 au motif qu’il rappelle trop SW4, ce SW8 rappelle quand même encore SW5… (moi je m’en fous mais bon apparemment y’en a que ça gêne)

+-> Aussi niveau scénar : succession de péripéties un peu trop liées à du « technoblabla » (en science-fiction, c’est en gros quand les personnages évoquent des concepts scientifiques complexes, purement imaginaires, dans le seul but de faire avancer l’intrigue). Quelques éléments d’intrigue très agréablement surprenants également.

+-> Planètes, décorations, vaisseaux, personnages : beaucoup de nouveaux (YES !) éléments visuels apportés à l’univers, mais assez peu inspirés pour ma part (OUCH !).

+-> Trop d’humour pour un Star Wars ? C’est sans doute très subjectif mais ça me rappelle de plus en plus Marvel : j’ai un peu peur pour SW9…

+-> Par contre là c’est objectif : beaucoup, beaucoup trop de personnages ! Les mauvaises langues diront que c’est pour vendre plus de figurines : je ne crois pas. Chacun a un vrai rôle et « alléluia ! » chacun a enfin une vraie histoire. Mais y’a vraiment des fois où le scénario ne sait plus trop quoi en faire, se perd inutilement, c’est un peu gênant. En revanche, ils sont tous extrêmement bien interprétés.

+-> Au sujet des perso, qu’il n’y ait désormais plus que des femmes comme protagonistes passe encore… Mais où sont les aliens ? A part dans le décor, je n’en ai pas vu beaucoup. (je sais bien que Jar Jar Binks n’a pas le type caucasien : l’américain moyen risque de ne pas pouvoir s’identifier… mais quand même !)

+-> Une mise en scène me faisant regretter Abrams SAUF : un élément de mise en scène absolument brillant + une scène en particulier vraiment génialissime (mais je ne peux pas développer, ce serait du spoil caractérisé).

+-> Une fin qui vous paraîtra peut-être étrange, mais qui a un sens assez profond si on réfléchit bien (qui me rappelle celle d’« A la poursuite de demain »). Et globalement un film avec un propos plus profond qu’il n’y paraît.

 

CONCLUSION : Je n’ai pas pris la claque de SW7, mais malgré les quelques éléments qui me font un peu grincer des dents, je n’ai rien perçu dans ce film que je déteste franchement. Bref : un Star Wars, ni plus, ni moins. Je n’ai pas détesté, je n’ai pas adoré, c’était sympa mais sans plus (et meilleur que Rogue One : quand même, faut pas déconner !).