Switch : Test – Fire Emblem Warriors

Fire Emblem est une série mythique… du moins du côté du japon. Une série qui s’est enrichie au fil des années d’une multitude de personnages divers et variés, aux comportements et aux techniques de combat fort différents. D’ordinaire ces héros se retrouvent dans des jeux qui allient la tactique en tour par tour et le RPG. Mais ici, dans cet épisode spécial, la série prend un tout autre gameplay et devient un Musou. Le Musou est un genre bien particulier où vous incarnez un combattant opposé à des centaines voire des milliers d’ennemis.

Si Fire Emblem est un véritable défouloir où vous abattez les ennemis par dizaines avec des pouvoirs spéciaux complètement déments, il n’en reste pas moins que vous devez remplir certains objectifs lors des batailles : neutraliser un commandant, reprendre un point précis, rattraper un fuyard… et il faudra souvent donner des ordres aux quelques héros qui vous accompagnent pour les remplir. Le jeu laisse aussi une grande part à l’évolution des personnages et à l’équipement qu’on leurs attribue. Mais aussi à leurs histoires personnelles, aux relations qui les lient les uns aux autres, bref un vrai petit aspect RPG fort agréable.

Fire Emblem sort du traditionnel RPG-Tactique pour devenir un jeu nettement plus violent et bien plus reposant pour les neurones. D’ailleurs si vous ne connaissez pas la série vous pouvez toujours vous en faire une idée grâce au Free To Play Fire Emblem Heroes disponible sur smartphones. Mais dites-vous bien qu’à part les personnages et la gestion façon poules-renards-vipères des armes de corps à corps et des armes à distance, Fire Emblem Warriors n’a pas grand chose à voir avec les épisodes plus « canoniques » de la série.