PS4 : Test – Horizon Zero Dawn

Horizon Zero Dawn nous place donc dans cet univers à cheval entre l’antiquité et une époque futuriste. Une sorte de monde post-apocalyptique dans lequel nous incarnons une orpheline rejetée par sa tribu du nom d’Aloy. Aloy est une archère intrépide qui utilise de nombreux pièges et de multiples armes à moitié digne de l’âge de fer et à moitié constitués de ressources technologiques, qui sont issues des monstres mécaniques qui constituent la faune si singulière.

Ce jeu d’aventure-action est un Open World où vous allez faire face à de nombreuses tribus, pas toujours très amicales et (surtout) des dinosaures robotiques tous plus dangereux les uns que les autres. Vous aurez donc tout un tas de quêtes annexes à réaliser et des trésors dissimulés à découvrir. Et, il faut le reconnaître, parcourir l’univers de ce jeu est un grand plaisir. Les créatures mécaniques sont hyper impressionnantes et magnifiquement animées. De plus, la ruse est votre meilleur atout. Les ennemis ont des blindages que vous pouvez arracher pour toucher des parties sensibles, des armements destructibles, des sensibilités à certains pièges. Combattre sans réfléchir ne sera donc pas toujours la meilleure solution.

Horizon Zero Dawn est un jeu à l’univers atypique. Les mystères y sont nombreux et il est vraiment plaisant de découvrir les secrets de ce monde dans les pas d’Aloy. Aloy, un personnage féminin marquant : curieuse sans être naïve, intrépide sans être bourrine, belle sans être sexy, combattive sans être tyrannique. Un personnage positif. Un beau personnage. Seule ombre pour un jeu d’une telle qualité au tableau : le jeu est une exclusivité de la PS4…