PS4 : Test – Everybodys Gone to the Rapture

Au début du jeu le joueur débarque aux abords de Yaughton, pittoresque bourgade du comté Shropshire dans l’Angleterre des années 80. Une jolie petite ville dans un cadre champêtre ensoleillé. Et heureusement qu’il fait grand soleil car vous allez devoir marcher, explorer les lieux pour comprendre le mystère de cette ville complètement déserte d’habitant.

Si l’ambiance du jeu est singulière, vous trouverez peut-être agréable l’exploration de Yaughton, si, et seulement si, vous n’êtes pas allergique à la lente marche qui rythme le titre. C’est d’ailleurs un des gros points noirs du jeu, au point que vous n’irez probablement pas à la recherche des lieux un peu isolés de l’itinéraire principal (indiqué par une boule de lumière flottante).

Une expérience à vivre, pas forcément du goût de tout le monde. Mais le jeu vidéo a désormais cette richesse qu’il peut se permettre des propositions qui sembleront bien étranges à nombre de joueurs/joueuses. Ici il s’agit d’une œuvre contemplative, qui force les questions, sans répondre à toutes. Une belle œuvre, plus qu’un bon jeu peut-être. A vivre plutôt qu’à jouer.