Switch : Test – Severed

L’héroïne du jeu, Sasha, a vu son bras gauche tranché par l’attaque d’une créature qui a décimé toute sa famille. Heureusement, armée d’une lame semi organique elle va pouvoir se venger et détruire les monstres malfaisants qui pullulent. Une quête qui va la conduire dans un flot de violence extrême, car, pour développer nos capacités, la guerrière va devoir trancher méthodiquement les créatures rencontrées pour extraire certaines parties de leurs corps et s’en servir. C’est un peu glauque, mais ne dit-on pas « la fin justifie les moyens ».

Vous l’aurez compris, Severed n’est pas forcément un jeu d’une grande « moralité », mais cette violence crade du jeu est rendue assez fascinante par une direction artistique exceptionnelle. D’autant qu’il faudra jouer de l’écran tactile pour profiter au mieux des séances de découpage de monstres en vue FPS. Une vue avec laquelle vous devez jouer aussi car votre personnage ne voit que les opposants face à lui.

Severed est un titre particulièrement surprenant, parfois un peu dérangeant. Un titre où la maîtrise de votre précision, votre sens du rythme et des changements de caméra sont des clés indispensables pour ne pas mourir dans d’atroces souffrances.